Championnat départemental quadrette 2012

mardi 19 juin 2012
par  Charles Mandou
popularité : 50%

L’attente est une chaîne qui lie tous nos plaisirs. (Montesquieu)

Je ne vais donc pas vous faire languir plus longtemps et vous empêcher de ne pas atteindre votre plaisir !

Y a pas de mal à se faire du bien !

Ah ! Le con ! N’est-il pas, Joss ! Qui, dès le saut du lit, les yeux engourdis de sommeil, une tasse de café fumant et dispersant son arôme et une cigarette, se jette avidement sur le site et peste parce qu’il n’y a pas de nouvelles infos !

A vous toutes, à vous tous, merci, pour votre patience j’avais quelques 200 photos à retravailler.

Le CBD 82, en son magnifique boulodrome couvert du Marché Gare de Montauban, malgré le beau temps, organisait le championnat départemental quadrette 2012, délivrant le billet au champion des différentes divisions pour leur participation au France, sommet de la saison sportive.

« Le plus dur c’est pas d’arriver au sommet c’est d’y être » (Coluche)

Vingt quadrettes (7 en 3ème division et 13 en 4ème), qui avec des hauts vestimentaires uniformes, qui avec des effets disparates, s’échauffaient sur les terrains en attendant le coup de sifflet de l’arbitre, Jean Rodrigues, pour en débattre.

Dans une brève diffusée sur le site annonçant ce championnat, j’avais attiré l’attention et rappelé l’obligation règlementaire du haut de la tenue uniforme et de la licence comportant le cachet médical. Les présidents des clubs avaient reçu par courrier les mêmes directives.

Et vlan ! Cette simple et peu onéreuse disposition a été transgressée par quelques grincheux qui critiquent systématiquement toutes formes règlementaires.

Messieurs les Présidents de club vous avez du pain sur la planche pour améliorer le comportement de vos licenciés !

Poussons à l’absurde un tel comportement des sportifs. Imaginons, assis dans votre fauteuil douillet avec un doux breuvage devant votre poste de télévision quand apparaissent sur le terrain deux équipes aux tenues bariolées et variées, y compris celle de l’arbitre ! Qui est qui ? Quel régal ! Pas besoin, non plus d’un arbitre ! Pas besoin davantage de règles !

Et, vous dans tout ça, je vous imagine en train de râler, de gueuler : ah, les cons !

Quand on est plus de quatre on est une bande de cons. A fortiori, moins de deux, c’est l’idéal. (Pierre Desproges)

Ca coûte pas cher tout de même, quatre tee-shirts en coton bas de gamme achetés dans un magasin à bas prix !

Je conçois que la loi est contraignante, elle porte atteinte à notre liberté individuelle. Mais, si nous participons, nous nous conformons aux règles. Dans le cas contraire, nous ne participons pas, c’est simple, non ?

Donc, il va falloir, aussi, avoir le courage d’appliquer les sanctions qui s’imposent afin de modifier le comportement de certains.

Désolé mais sans le bâton, c’est la porte ouverte à des dérives plus graves.

Moi-même, et je le reconnais, je suis un con.

J’ai enfreint la règle, celle de mon absence dans le rectangle aux côtés de mes coéquipiers car je prenais des clichés des différentes parties en cours une fois mes boules jouées, et du Régional féminin triple, sans perturber toutefois leur déroulement.

Je voyais du coin de l’œil, Jean que je connais très bien et avec qui je joue parfois, aller voir mes équipiers qui me transmettaient ses observations.

Nonobstant ses injonctions, je poursuivais mes allées et venues, un tantinet coquin et surtout testant son comportement pour savoir s’il viendrait m’en faire l’observation. J’eusse aimé qu’il vienne me le dire et j’aurais obtempéré volontiers et tout benoîtement comme un moine de la même abbaye cistercienne.

Le lendemain, en demi contre Jean Brugnara, statu quo et lassé d’entendre les récriminations de mes coéquipiers après sa dernière intervention, je lui ai demandé de sortir du terrain afin de ranger mon appareil dans le coffre de ma voiture. Et j’ai repris ma place auprès de mon équipe, en respectant les règles de jeu.

A la fin de la partie, je suis allé le trouver en lui disant que je n’avais aucune raison de lui en vouloir et que je reconnaissais avoir dérogé à la loi et qu’il avait entièrement raison.

Conscient d’avoir pris quelques libertés, je n’en abuserai plus à l’avenir en étant au four et au moulin !

Venons-en à la compétition, enfin !

Les résultats sportifs du samedi après-midi enregistraient la qualification pour les demi-finales en 3ème division de Rémi Eymeric et Jean Brugnara (Villebrumier), Robert Delpeyrou et Jean-Pierre Garrigue (Caussade) tous deux en passant par les barrages aux dépends respectivement de Fabrice Bruyneel et Fabrice Rouchy (Valence d’Agen).

En 4ème division les quadrettes Lebeke et Groussole (Valence d’Agen), Vidallet (Caussade), Lemoignet et Furlan (Gandalou), Jamme (Villebrumier), Abrate et Soulès (Montech) se qualifiaient pour les quarts de finales.

Pour cause d’élections, le championnat reprenait ses droits le dimanche matin à 9 heures 30.

En 3ème division, les demi-finales opposaient les deux équipes de Caussade à celles de Villebrumier. Je passe sous silence le devenir de l’entente eu égard aux effets des résultats !

Jean Brugnara se défaisait de Jean-Pierre Garrigue sur un score sans appel, ni trompettes !

Rémi Eymeric en faisait autant contre Robert Delpeyrou (absent en raison de la neuvaine de la mort de sa mère et suppléé par Francis Bourgade).

Un duel fratricide Villebrumiérain s’annonçait en finale et il est à craindre des dissidences à l’issue !

Affaire à suivre !!!

En 4ème division, les quadrettes Vidallet, Furlan, Abrate et Jamme se qualifiaient pour les demi-finales.

Elles se disputaient en début d’après-midi. Jamme battait Furlan grâce à un tir au but au fond du cadre de Philippe Moréno tandis qu’Abrate triomphait de Vidallet.

La finale 3ème division où s’affrontaient les deux équipes de Villebrumier a tourné à l’avantage de Jean Brugnara, Gilbert Marcel, Jean-Pierre Noël, Jean Vialard et Daniel Lacaze.

En 4ème division, la quadrette Kléber et Guy Jamme, Philippe Moréno, Hippolyte Bayle et Daniel Soula vainquait Robert Abrate malgré deux annulations de but consécutives démontrant ainsi sa motivation à ne pas abdiquer.

Saluons donc les deux équipes Villebrumériaines qui ont assis leur suprématie cette année.

Fait rare dans notre département pour être souligné, et, à mon avis pourtant je ne m’y connais pas, elles étaient les plus homogènes de toutes celles qui ont participé à ce championnat 2012.

Bonne chance pour le France en juillet à Vichy où ils pourront prendre les eaux, ce qui leur sera bénéfique, avant de se confronter au gratin (pas dauphinois, forcément).

Charles Mandou


titre partenaires

Cliqué ici

PNG

JPEG

PNG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG